J’aurais pu le tuer

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

Renaud Alexandra

Ce récit est mon propre vécut

Nous voici arrivés un moment crucial de la rubrique violence conjugale “femme maltraitée”, sur le blog allô maman solo. Je vais vous livrer mon témoignage sur ce qui fut pour moi le déclic pour en finir avec la violence conjugale et l’emprise sous laquelle je vivais. Nous sommes pile au moment où ma vie a basculé, j’avais 25 ans. À cette période-là, j’avais mûri, j’avais grandi en tant que femme. J’avais envie de construire et de fonder une famille, mais j’étais totalement dans le mensonge avec un voile devant mes yeux. Et c’est là qu’on se rend compte qu’on est vraiment perdu.

Victime de violence, à répétition et malgré tout …

Cela faisait des années que j’étais une femme maltraitée, sous emprise et victime de violence à répétition. Malgré tout, j’avais envie d’avoir un enfant. C’est là que l’expression”victime de violence psychologique” prend tout son sens, nous sommes dans un monde totalement parallèle. Nous, les femmes battues, pensons que notre vie est belle parce qu’il se passe 2 ou 3 jours de calme au sein du couple. Mais encore une fois cela est éphémère. Nous pourrions penser que le fait d’avoir un enfant pourrait faire changer le comportement d’une personne. Peut-être que la venue au monde d’un bébé aiderait à mettre fin à la violence faite contre les femmes?

Dans mon monde à moi ce n’était pas le cas. Quand j’ai accouché de ma fille, je me suis retrouvée à l’hôpital accompagnée d’une amie car monsieur dormait… Et trois jours après, à l’hôpital, je me faisais insulter dans la chambre. Je ne peux vous dire toutes les larmes qui ont coulé de mon corps ce jour-là. J’ai eu mal, très mal. Nous faisions des travaux dans une maison, 15 jours après l’accouchement. Je me retrouvais à y aller chaque jour pour travailler. J’allais sur le chantier avec les ouvriers pour terminer les travaux dans la maison, la décoration, l’installation, le nettoyage.

J’ai été totalement défigurée par la maladie

Après avoir subi pendant 12 ans, m’être faite insulter, frapper je ne supportais plus. Et un jour, j’ai totalement craqué. Je faisais des crises de colère, je n’arrivais pratiquement plus à m’exprimer. J’étais à bout de nerfs, je me rendais malade à en faire des crises d’herpès oculaire.

Et oui ! Après l’accouchement de ma fille, j’ai commencé à avoir ma première crise herpétique au niveau des yeux. Mais j’étais tellement mal dans ma vie et dans ma tête, que la première année j’ai fait 4 grosses crises. Des douleurs qui montent dans la tête, où j’avais l’impression de mourir. Et depuis, cela fait 4 ans que je suis sous traitement régulier au Zelitrex pour éviter de remonter en crise. Mais la maladie avait atteint un tel niveau que mes deux yeux ont été touchés. J’ai développé des infections à répétition sur l’œil gauche, pendant 1 an. J’ai été totalement défigurée par la maladie.

Voilà le résultat de plusieurs années où on se sent mal dans sa tête et dans sa peau, le stade est tel que j’en avais perdu 10 kg sur 50 kg de base. J’étais totalement méconnaissable après deux accouchements, une maladie compliquée, j’ai totalement péter un câble.

Suivez nous sur les réseaux

Si je ne pars pas un jour je vais soit le tuer soit il me tuera

Et un jour ce fut le geste de trop. Il allait me sauter dessus, je me trouvais dans la cuisine. J’ai attrapé un couteau et je l’ai mis sous sa gorge, et en le regardant droit dans les yeux je lui ai dit ” si tu approches je t’égorge”. Il me regarda d’un air choqué et surpris de ma réaction. Et à ce moment-là dans ma tête j’ai compris, je me suis dit que si je ne pars pas, un jour, je vais soit le tuer soit il me tuera. J’ai compris que la violence contre les femmes peut conduire au pire.

Pour moi c’était devenu une évidence, je m’étais mise en défense pour mes enfants. Que ce soit en tant que femme ou en tant que maman, je ne voulais plus être sous son emprise. Je ne voulais plus qu’ils voient leur mère se faire étaler au sol ou éclater contre les murs. Je ne voulais plus qu’ils entendent leur mère crier, pleurer. Il était devenu totalement ingérable, il était irritable tout le temps. Il fallait vite que je parte car à ce moment-là je savais que ma vie était en danger.

Suivez nous sur les réseaux

J’ai commencé à monter des plans dans ma tête

Mais cela n’allait pas être facile. Maintenant que je savais ce que je voulais dans ma tête, il fallait que je le fasse pour de vrai. Je voulais que ma vie de femme maltraitée s’arrête, je voulais être tout simplement heureuse. J’ai donc commencé à mettre de l’argent de côté. J’ai ouvert petit à petit mes droits, pour basculer tout à mon nom.

J’ai commencé à monter des plans dans ma tête, envoyer plusieurs demandes de logement. Et j’ai commencé à faire des demandes au niveau des assistantes sociales, et des éventuelles aides qu’on pouvait me donner. Je ne disais rien à personne et je m’exprimais sur rien. J’étais dans la phase où il me fallait être patiente. 

Livre au nom des femmes battues

Voici un livre bouleversant d’une femme maltraitée, un témoignage poignant sur la violence contre les femmes: A travers son histoire personnelle, Tatiana-Laurens raconte le calvaire des femmes battues. Lorsqu’elle a 12 ans, sa mère décède de façon mystérieuse, après avoir été violentée durant des années par son compagnon de vie, qui n’a cessé de la détruire, jusqu’à sa mort. A 18 ans, elle a le malheur de croiser le chemin d’un garçon de son âge, mais le ” prince charmant ” se transforme en bourreau de la pire espèce.

De la première gifle aux insultes, puis aux menaces, Tatiana-Laurens va plonger dans l’enfer des femmes battues, revivant avec effroi, les violences de son enfance. Après deux ans de tortures psychologiques, physiques et sexuelles, elle échappe à la mort, in extremis. Xavier Delarue, son mari, son ” Sauveur “, son ” Champion “, lui redonne le goût de vivre. Ensemble, ils participent à Secret Story 1, en tant que premier couple marié, star d’une télé-réalité. Tatiana-Laurens y voit alors une opportunité inespérée de mener son combat devant des millions de téléspectateurs.

Voici 2 livres qui peuvent vous aidez

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.